Les États-Unis expulsent un ancien garde du camp de concentration nazi vers l'Allemagne Voix de l'Amérique


MEMPHIS, TENN. – Un ancien gardien du camp de concentration nazi de 95 ans a été expulsé des États-Unis et est arrivé samedi dans son Allemagne natale, où il était détenu par la police pour interrogatoire, ont indiqué les autorités.

L'agence américaine de l'immigration et des douanes a déclaré dans un communiqué que Friedrich Karl Berger, un citoyen allemand, avait été renvoyé en Allemagne pour avoir servi comme gardien d'un sous-camp de concentration de Neuengamme en 1945. L'affaire a été enquêtée par le département américain de la Justice.

Les autorités allemandes ont confirmé que Berger était arrivé samedi à Francfort et avait été remis aux enquêteurs de l'État de Hesse pour interrogatoire, a rapporté l'agence de presse dpa.

Berger a été expulsé par un tribunal de Memphis, Tennessee, en février 2020.

Les procureurs allemands de la ville de Celle ont enquêté sur la possibilité de porter des accusations contre lui, mais ont déclaré en décembre qu'ils avaient suspendu l'enquête parce qu'ils n'avaient pas été en mesure de réfuter son propre récit de son service à Neuengamme.

Berger a admis aux autorités américaines qu'il avait servi de garde dans un camp du nord-ouest de l'Allemagne, qui était un sous-camp du camp de concentration de Neuengamme, pendant quelques semaines vers la fin de la guerre, mais a déclaré qu'il n'avait observé aucun abus ni meurtre, Celle les procureurs ont dit.

Les procureurs de Celle ont cependant demandé qu'il soit à nouveau interrogé à son retour en Allemagne, afin de déterminer si des accusations de complicité de meurtre pouvaient être portées, a déclaré la police.

Ces dernières années, les procureurs allemands ont fait valoir avec succès qu'en aidant un camp de la mort ou un camp de concentration à fonctionner, les gardiens peuvent être reconnus coupables de complicité de meurtre même s'il n'y a aucune preuve de leur participation à un meurtre spécifique.

Selon un communiqué de l'ICE, Berger a servi dans le sous-camp près de Meppen, en Allemagne, où des prisonniers – russes, polonais, hollandais, juifs et autres – ont été détenus dans des conditions «atroces» et ont été travaillés «jusqu'à l'épuisement et à la mort. "

Berger a admis qu'il gardait les prisonniers pour les empêcher de s'échapper. Il a également accompagné des prisonniers lors de l'évacuation forcée du camp qui a entraîné la mort de 70 prisonniers.

Berger vit aux États-Unis depuis 1959.


CLIQUEZ ICI POUR AVOIR L’AVIS DE NOS EXPERTS AVOCATS

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *