Le nouvel ALE UE-Vietnam entre en vigueur | White & Case LLP


Un nouvel accord de libre-échange historique entre le Vietnam et l'Union européenne est entré en vigueur le 1er août 2020.

L'accord prévoit un traitement préférentiel étendu pour les biens et les services, la reconnaissance et la protection des indications géographiques pour plus de 200 produits, des règles de marchés publics libéralisés et des obligations en matière d'antitrust et de fusions. Il contient également des dispositions relatives au développement durable, y compris des règles juridiquement contraignantes sur le climat, le travail et les droits de l'homme. En tant que tel, il s'agit de l'accord le plus complet mis en place à ce jour entre l'Union européenne et tout État membre de l'ANASE.

Aperçu

Le 8 juin 2020, l’Assemblée nationale du Vietnam a ratifié par consentement unanime le nouvel accord de libre-échange entre le Vietnam et l’Union européenne («EUVFTA») et l’accord parallèle UE-Vietnam sur la protection des investissements («EUVIPA»). Cela fait suite à l'approbation des deux accords par le Parlement européen le 12 février 2020. L'EUVFTA est désormais entré en vigueur, avec effet au 1er août 2020. L'EUVIPA, qui relève de la compétence partagée1 de l'UE et de ses États membres, est actuellement en cours de ratification au niveau national par les parlements régionaux et nationaux des États membres de l'UE. Ce qui suit traite de l'EUVFTA. Nous aborderons séparément l'EUVIPA si cet accord est ratifié et entre en vigueur.

L'EUVFTA marque le deuxième accord commercial global entre un État membre de l'ANASE et l'UE et pourrait bien être utilisé comme modèle si l'UE décidait de conclure des accords de libre-échange («ALE») avec d'autres pays de l'ASEAN ou avec l'ASEAN en tant que bloc régional A l'avenir. Avec l'EUVFTA en place, le Vietnam ajoute un autre partenaire économique et commercial stratégique à son réseau d'ALE. Le Vietnam a actuellement des ALE bilatéraux en vigueur avec le Japon, la Corée du Sud, le Chili et l'Union économique eurasienne (qui comprend la Russie). Il est également partie à six ALE régionaux, conclus par les États membres de l'ANASE avec la Chine, Hong Kong, l'Inde et d'autres, et est partie à l'Accord global et progressif de partenariat transpacifique (le «PTPGP»), qui comprend: entre autres, l'Australie, le Canada, le Mexique et la Nouvelle-Zélande.

L'entrée en vigueur de l'EUVFTA intervient dans un contexte de tensions commerciales mondiales croissantes avec la Chine. En conjonction avec la pandémie COVID-19 en cours, cela a contribué à la tendance croissante des entreprises à diversifier leurs chaînes d'approvisionnement, le Vietnam devenant rapidement l'un des principaux bénéficiaires. L’UE est déjà la deuxième destination (en valeur) du Vietnam pour les marchandises. L'EUVFTA donnera un nouvel élan à cette importante route commerciale et constitue une étape importante pour rassurer davantage les investisseurs vietnamiens de l'UE et d'autres entreprises mondiales cherchant à établir ou à développer davantage des liens commerciaux entre le Vietnam et l'UE, quant à la base sur lesquelles des conditions commerciales justes et efficaces peuvent être établies et maintenues.

Accès au marché pour les marchandises

Au cœur de l'EUVFTA se trouve une suppression quasi complète des tarifs entre l'UE et le Vietnam, y compris l'élimination de plus de 99% des droits de douane en 10 ans. Immédiatement après l'entrée en vigueur, 65% des exportations de l'UE (par type de produit) vers le Vietnam et 71% des exportations vietnamiennes vers l'UE bénéficieront de la franchise de droits. Les droits sur les autres produits de l'UE seront progressivement libéralisés sur 10 ans, et ceux sur certains produits vietnamiens seront réduits sur 7 ans. L'EUVFTA prévoit également l'application de contingents tarifaires pour certains produits agricoles restants pour lesquels les droits d'importation ne sont pas supprimés.

L’UE est le deuxième marché d’exportation du Vietnam après les États-Unis, représentant 17% de ses exportations. Alors que les produits vietnamiens ne représentent que 2% des importations mondiales de l’UE, la valeur des importations de l’UE en provenance du Vietnam est passée de 8,63 milliards de dollars EU à 42,5 milliards de dollars EU au cours de la période 2008-2018. Dans l’autre sens, le Vietnam représente une part moindre – environ 0,6% – des exportations de l’UE, mais le volume a augmenté régulièrement, passant de 3,39 milliards de dollars EU à 13,8 milliards de dollars EU au cours de la même période de 10 ans. Pourtant, les marchandises en provenance de l’UE représentent 6% des importations totales du Vietnam. Le commerce entre l'UE et le Vietnam a augmenté régulièrement ces dernières années, le Vietnam exportant de plus grands volumes de meubles, de téléphones, de machines et de chaussures vers les États membres de l'UE. Les principales exportations de l'UE vers le Vietnam comprennent les aéronefs, les machines, les produits pharmaceutiques et les équipements électriques.

Règles d'origine

Afin de bénéficier des droits de douane préférentiels au titre de l'EUVFTA, les opérateurs doivent se conformer aux règles générales d'origine de l'accord ou aux règles d'origine spécifiques au produit et remplir un certificat d'origine délivré par le gouvernement (formulaire EUR.1) ou une déclaration d'origine établie par un exportateur certifié. (c'est-à-dire l'autocertification de l'origine). L'EUVFTA permet le cumul bilatéral de l'origine, selon lequel les produits fabriqués dans une partie et incorporant des matériaux de l'autre partie peuvent bénéficier d'un traitement préférentiel. Il permet également un cumul limité des tissus sud-coréens utilisés dans la production de textiles et la possibilité de cumuler des matières de pêche provenant d'autres États membres de l'ANASE.

Barrières non tarifaires

L'EUVFTA réduit ou élimine les barrières non tarifaires dans le secteur automobile et en ce qui concerne les licences d'exportation et d'importation et les procédures douanières. Notamment, pour les articles non agricoles (à l'exception des produits pharmaceutiques), le Vietnam acceptera les produits marqués comme «Made in EU».

Accès au marché pour les services

L'EUVFTA couvre un large éventail de secteurs de services, notamment les services financiers, les services professionnels aux entreprises, les services de communication, les services postaux, la construction et les services d'ingénierie connexes, les services de santé et sociaux, les services environnementaux et les services de transport. Bon nombre des concessions offertes par chaque partie dépassent celles accordées dans le cadre de l'accord sur le commerce des services de l'OMC, y compris les services d'emballage, les services de nettoyage des bâtiments, les services interdisciplinaires de RD et les services infirmiers. Dans certains secteurs de services, tels que les télécommunications, les plafonds de participation étrangère sont augmentés pour les investisseurs européens au Vietnam. L'accord engage également le Vietnam et l'UE à inclure dans l'EUVFTA tout nouvel engagement en matière de services que l'une ou l'autre des parties conclura à l'avenir avec des pays tiers.

Compréhension des fonds propres bancaires

Le texte juridique de l'EUVFTA comprend un certain nombre de déclarations et d'ententes conjointes en tant qu'annexes à l'accord, qui, conformément à l'article 17.21, font partie intégrante de l'accord. L'accord concernant les fonds propres bancaires prévoit un engagement des autorités vietnamiennes à «envisager favorablement» les investissements des institutions financières de l'UE pour détenir jusqu'à 49% du capital agréé dans deux banques commerciales par actions vietnamiennes dans les cinq ans suivant l'entrée en vigueur de l'EUVFTA. Il existe une exception spécifique pour exclure de cet arrangement quatre banques commerciales, à savoir la Banque pour l'investissement et le développement du Viet Nam (BIDV), la Vietinbank, la Vietcombank et l'Agribank dans lesquelles le gouvernement vietnamien est actuellement l'actionnaire majoritaire. Étant donné l'intérêt constant des investisseurs étrangers pour les banques vietnamiennes, nous nous attendons à ce que les institutions financières de l'UE cherchent à utiliser cette exemption d'IDE en temps voulu. De plus, il peut s'agir en fait d'une tentative délibérée du gouvernement vietnamien d'introduire une base d'investisseurs plus diversifiée dans son secteur bancaire – les investisseurs étrangers minoritaires existants dans ce secteur sont principalement des banques asiatiques. Cependant, le fait que cela ait été limité à seulement deux banques vietnamiennes indique que cela peut ne pas être un précurseur à des réformes plus larges de la propriété étrangère des banques vietnamiennes – ceci, ainsi que la façon dont le gouvernement vietnamien interprète cet engagement dans le contexte de son cadre réglementaire, reste à voir.

Propriété intellectuelle et protection des IG

L'EUVFTA contient un engagement du Vietnam vis-à-vis de l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle («OMPI») en tant que moyen d'empêcher l'accès non autorisé aux œuvres de création et de protéger le matériel échangé sur les réseaux numériques, y compris Internet. Plus précisément, le Vietnam s’est engagé à adhérer au Traité de l’OMPI sur le droit d’auteur (1996) et au Traité sur les interprétations et exécutions et les phonogrammes (1996) dans les trois ans suivant l’entrée en vigueur de l’UEVFTA. Le gouvernement vietnamien serait en train de finaliser ses procédures internes et les documents nécessaires pour adhérer aux deux traités. L'EUVFTA contient également des dispositions strictes pour la protection des marques, des brevets, des dessins et modèles, des variétés végétales et la protection des données (cinq ans) pour les produits pharmaceutiques, biologiques et agrochimiques.

En outre, l'EUVFTA couvre les indications géographiques ("IG”), Qui se réfèrent à des noms ou signes utilisés sur des produits qui correspondent à une origine ou une situation géographique spécifique. En vertu de cet accord, le Vietnam reconnaîtra et protégera 169 IG de l'UE (par exemple, en ce qui concerne des vins spécifiques et certains fromages de l'UE), et l'UE protégera 39 IG vietnamiennes (y compris des cafés, thés et sauces spécifiés).

Marchés publics

Les projets d'infrastructure représentent une part importante des investissements publics au Vietnam. L'EUVFTA engage les parties à adhérer aux principes généraux du traitement national, de la non-discrimination et d'une transparence accrue dans le processus d'appel d'offres public. Cela vise à garantir que les entreprises de l'UE seront en mesure de soumissionner pour les marchés publics (biens et services et services de construction sous réserve d'exceptions spécifiées) sur la base de l'égalité avec les soumissionnaires nationaux, en tenant compte des seuils de valeur monétaire spécifiés au-delà desquels est couvert par l'accord. Néanmoins, l'EUVFTA permet au Vietnam de retarder la mise en œuvre de plusieurs dispositions spécifiées jusqu'à 10 ans, et les obligations du gouvernement vietnamien en matière de marchés publics ne seront pas soumises au règlement des différends pendant 5 ans.

Dans le cadre de l’UEVFTA, l’UE prévoit les mêmes seuils qu’elle applique dans le cadre de l’accord de l’OMC sur les marchés publics (l ’« AMP de l’OMC ») et d’autres ALE, tandis que le Vietnam bénéficie d’une période de transition de 15 ans au cours de laquelle il fournira des seuils plus élevés. L'UE et le Vietnam s'engagent tous deux à ouvrir la passation des marchés du gouvernement central, des entités sous-centrales et autres, comme détaillé dans les annexes de l'accord. Plus précisément, l'UE s'engage à ouvrir les mêmes entités du gouvernement central que dans le cadre de l'AMP de l'OMC, avec certaines exceptions. Le Vietnam s'engage à ouvrir les processus de passation des marchés de 20 entités du gouvernement central, dont plusieurs ministères, départements et sous-agences, 2 entités du gouvernement sous-central (Hanoï et Hô Chi Minh-Ville) et 42 «autres entités couvertes», y compris les chemins de fer vietnamiens et Vietnam Electricity.2

Le Vietnam n'est pas encore partie à l'AMP de l'OMC.3 En conséquence, les engagements en matière de marchés publics dans le cadre de l'EUVFTA pourraient fournir aux entreprises de l'UE un avantage concurrentiel pour pénétrer les marchés publics précédemment fermés au Vietnam, y compris pour les infrastructures (routes et ports), les hôpitaux publics et la distribution d'électricité.

Antitrust et fusions

Dans le cadre du chapitre sur la concurrence de l'EUFVTA, le Vietnam et l'UE conviennent de maintenir les lois sur la concurrence et de veiller à ce que les autorités compétentes appliquent ces lois de manière non discriminatoire et transparente. Dans un effort pour lutter contre les comportements anticoncurrentiels et promouvoir l'équité procédurale, l'accord engage les parties à ne pas conclure d'accords susceptibles de restreindre ou de fausser le contrôle ou la concurrence d'une éventuelle fusion et acquisition.

Commerce et développement durable

L'EUVFTA engage le Vietnam et l'UE (dans la mesure où ce n'est pas déjà fait) à (i) ratifier les huit conventions fondamentales de l'Organisation internationale du travail («l'OIT»); (ii) respecter, promouvoir et mettre en œuvre efficacement les principes de l'OIT concernant les droits fondamentaux au travail; et (iii) la mise en œuvre de l'Accord de Paris, ainsi que d'autres accords internationaux sur l'environnement, notamment en agissant en faveur de la conservation et de la gestion durable de la faune, de la biodiversité, des forêts et des pêches. Cela impliquera une société civile indépendante dans le suivi de la mise en œuvre de ces engagements par les deux parties. Le Vietnam a déjà pris certaines mesures pour respecter ses engagements, notamment la ratification de la Convention 98 de l'OIT sur la négociation collective en juin 2019, l'adoption d'un Code du travail révisé en novembre 2019 et l'adoption d'une résolution permettant au Vietnam d'adhérer à la Convention 105 de l'OIT sur l'abolition des travail forcé en juin 2020.

L'EUVFTA soutient également globalement le développement d'infrastructures durables, y compris une préférence pour l'utilisation d'énergies renouvelables et de biens et services écoénergétiques. Un chapitre dédié sur les obstacles non tarifaires au commerce et à l'investissement dans la production d'énergie renouvelable couvre les règles spécifiques concernant les procédures de licence et d'autorisation, le respect des normes internationales existantes et les exigences de contenu local.

Implications du Brexit sur l'EUVFTA

L'EUVFTA devrait rester en vigueur jusqu'à la fin de l'année tant que le Royaume-Uni (UK) est toujours en union douanière avec l'UE. La situation à partir du 1er janvier 2021 dépendra de la décision du Royaume-Uni et du Vietnam de s'entendre sur leur propre accord bilatéral, bien que cela soit peu probable à court terme, car le Vietnam ne fait pas partie des pays prioritaires de l'ALE pour le Royaume-Uni (qui comprend l'UE , États-Unis, Japon, Australie et Nouvelle-Zélande). La question du cumul diagonal potentiel ou étendu de l'origine entre le Royaume-Uni, l'UE et le Vietnam (c'est à dire., où les pièces originaires de pays non parties à un ALE, par exemple le Royaume-Uni à partir de 2021, peuvent être considérées comme «originaires» et contribuer ainsi à satisfaire la règle d'origine préférentielle d'un produit) dépendra de la volonté des trois parties d'accepter cela . À ce stade, l'UE ne prévoit pas la possibilité d'un tel cumul prolongé dans ses discussions d'ALE avec le Royaume-Uni pour un ALE.

Perspective

L'EUVFTA représente une étape clé dans la relation UE-Vietnam et renforce encore l'intégration économique bilatérale et la libéralisation des échanges fondée sur des règles. Déjà, le Vietnam a pris des mesures concrètes pour mettre en œuvre l'accord. Par exemple, le Ministère de l’industrie et du commerce du Vietnam a créé cinq groupes de travail en mai 2020 pour aider les agences gouvernementales compétentes dans divers aspects de l’accord, y compris la mise en œuvre des règles d’origine, la certification et la documentation juridique; mener des études de marché sur les demandes et les goûts des consommateurs européens; comprendre la politique de l'UE et les mesures de gestion susceptibles d'affecter les exportations vietnamiennes; déployer des campagnes d'éducation sur les avantages de l'accord; et lutter contre la fraude à l'origine.

Pour l’avenir, les mécanismes de coopération et les réformes institutionnelles enchâssés dans l’EUVFTA (ainsi que dans l’EUVIPA s’ils sont pleinement réalisés) devraient renforcer la position du Vietnam en tant que centre régional pour attirer les investissements malgré les perturbations causées par la pandémie COVID-19.

1 En 2017, la Cour de justice de l'UE a estimé que certaines dispositions de l'ALE UE-Singapour concernant les investissements étrangers non directs et le règlement des différends entre investisseurs et États (ISDS) ne relevaient pas de la compétence exclusive de l'UE et devaient être ratifiées par le parlements nationaux des États membres de l’UE. Dans un effort pour débloquer l'opposition à l'accord commercial, l'UE et Singapour ont donc convenu de scinder l'accord en deux accords distincts. Les négociations UE-Vietnam ont suivi le même processus. En 2018, la partie de l'accord couvrant l'investissement a été divisée en un accord distinct de protection des investissements, l'EUVIPA. Le processus de ratification nationale de l'IAP UE-Singapour est en cours et devrait durer au moins deux ans.
2 Les détails sont disponibles dans l'annexe 9-B ici.
3 Le Vietnam est devenu observateur de l'AMP de l'OMC le 5 décembre 2012.

(Voir la source.)


CLIQUEZ ICI POUR AVOIR L’AVIS DE NOS EXPERTS AVOCATS

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *