Jean-Baptiste Lynch – Wikipédia


Jean-Baptiste Lynch (3 juin 1749 – 15 août 1835) était un comte du Premier Empire français, maire de Bordeaux et pair de France, siégeant à la chambre haute du Sénat français. Lynch s'opposa à la Révolution française (1789–1799) et fut plus tard emprisonné sous le règne de la Terreur (5 septembre 1793 – 8 juillet 1794). En 1808, il est nommé maire de Bordeaux, et se consacre un temps entièrement à Napoléon. En 1813, il contacta les agents royalistes et en 1814, il céda la ville aux Britanniques. Louis XVIII le nomma plus tard pair de France.

Biographie(Éditer)

Jeunesse(Éditer)

Lynch est né en 1749, fils de "Thomas Lynch, Esquire et Lady Petronilla Drouillard". La famille de son père était d'origine irlandaise, faisant partie des tribus de Galway.(1) Dans une ancienne mais petite notabilité, la famille catholique Lynch a dû fuir les persécutions et se réfugier à Bordeaux au XVIIe siècle.(2) John Lynch, officier de l'armée irlandaise et grand-père de Jean-Baptiste, s'y installe et se naturalise en 1710,(3) mais il n'a pas réussi son intégration commerciale. Thomas Lynch a fait un riche mariage(2) en épousant la fille du trésorier Pierre Drouillard.(4)

Lynch était destiné par son père à devenir avocat.(3) Il est nommé conseiller du Parlement Bordeux en décembre 1770,(3) et reçut ce poste en 1771. Il épousa la fille de Berthon Leberthon, le premier président du parlement.(5) Lorsque son beau-père fut élu député de Bordeaux aux États généraux de 1789, Lynch le suivit à Paris et professa publiquement ses opinions, ce qui lui valut d'être emprisonné pendant la Terreur. Il a été libéré après Thermidor.(1)(5)

Maire de Bordeaux(Éditer)

Nommé conseil général sous le consulat de France, il est nommé par l'empereur maire de Bordeaux. Il devint plus tard membre de la noblesse du Premier Empire français et chevalier de la Légion d'honneur.(1)

Lynch livre la ville(Éditer)

Lynch a choisi de rejoindre la maison de Bourbon après qu'il n'était pas fidèle à Napoléon parce qu'il n'était pas d'accord avec ses serments.(2)(6) Pendant les Cent Jours, Lynch s'est enfui en Angleterre.(1) Il revient en France pendant la Restauration des Bourbons, lorsque Louis XVIII fait de lui un pair de France.(1)

Références(Éditer)

  1. ^ une b c e «Lynch (Jean-Baptiste, comte)», par Robert, Adolphe et Cougny, Gaston: Dictionnaire des parlementaires français, 1889, volume IV, p. 205.
  2. ^ une b c Lennep, Gerrit Van; Jullian, Pierre Louis Pascal; Lesbroussart, Philippe (1819). Galerie historique des contemporains, ou Nouvelle biographie. Août Wahlen & C °. pp. 348–. Récupéré 28 octobre 2012.
  3. ^ une b c «Lynch maire d'origine irlandaise», dans Histoire des maires de Bordeaux, Aquitaine Les Records, 2008, p. 281.
  4. ^ Figeac, Michel: Bordeaux Destins de la noblesse (1770–1830) , Historic Federation South West, 1996, p. 860.
  5. ^ une b Michaud, Louis-Gabriel: "Biographie universelle antique", Paris, 1843–1865, Volume 25, pp. 556-558.
  6. ^ Mémoires du prince de Talleyrand, Volume II, édition 1891, p. 143



CLIQUEZ ICI POUR AVOIR L’AVIS DE NOS EXPERTS AVOCATS

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *