Le Sénat demande 1,121 milliard de nairas dépensés par IMC en communication publique


… Déclenche l'alarme de plus de 570 millions de nairas dépensés en formation

… 171 millions de nairas payés en février pour former plus de 300 chauffeurs, 150 millions de nairas payés le 3 avril 2020 aux membres de l'Union pour suivre une formation en Italie

NDDC Probe: le Sénat interroge 1,121 milliard de nairas dépensé par IMC en communication publique

Par Henry Umoru

ABUJA – LE Sénat a sonné l'alarme sur le N1.121 milliard dépensé par la Commission de Développement du Delta du Niger, NDDC sur la Communication Publique.

Selon le Sénat, le record de dépenses pour la communication publique a été évalué à 2,1 milliards de nairas dans les rapports du comptable général de la Fédération et de la Banque centrale du Nigéria, montrant une sous-déclaration dans le chiffre de la NDDC.

La Chambre haute prenant un coup à la direction du Comité de gestion intérimaire, IMC de la NDDC sur la forte variation des chiffres dépensés pour la communication publique, a déclaré que la direction de l'IMC sous IMC-1 a dépensé 17 millions de nairas en sensibilisation des médias tandis que le Comité de gestion intérimaire, EIMC de la NDDC a dépensé un montant plus important de N1.1 milliard.

La divulgation est contenue dans le rapport du sénateur Olubunmi Adetunmbi, APC, comité ad hoc dirigé par Ekiti Nord qui a enquêté sur la prétendue imprudence financière à hauteur de 40 milliards de nairas dans la Commission de développement du delta du Niger, NDDC par l'IMC.

Selon le document obtenu par Avant-garde, le rapport indique que «l'analyse de cette rubrique de dépenses a révélé que près de 55% du décaissement de la NDDC sur la communication publique était destiné à une société appelée« Clear Point Communication », les 27% suivants à Patrick Oke and Associates étant un versement trimestriel de Contrat dû.

»La commission ad hoc du Sénat a demandé des éclaircissements à la direction de la NDDC sur la nature spécifique du travail effectué par ces deux organisations et les différences majeures dans les travaux de conseil. La réponse du directeur exécutif du projet (EDP) n'a pas particulièrement abordé la question, il a plutôt expliqué que le contrat existait avant de prendre le relais de l'IMC-1, il a également expliqué que ces paiements étaient des dettes historiques envers les entreprises qui sont sur le point d'intenter une action en justice contre la NDDC. Le Comité sénatorial est d’avis que ces dépenses sont extrabudgétaires et doivent donc être remboursées.

«Les énormes contrats vus sur la communication publique ne peuvent pas être justifiés comme un rapport qualité-prix. Les allégations de certains militants suggèrent également un cas probable de facturation exagérée. Il est fortement recommandé que ces contrats soient examinés plus en détail pour leur intention et leur rendement. De plus, les contrats doivent être soumis à des normes comparatives de l'industrie pour justifier le prix. »

Le Sénat a sonné l'alarme suite aux 570 millions de nairas dépensés par la NDDC pour la formation, où la somme de 143 millions de naira a été versée à des membres du personnel individuels le 1er avril 2020 pour assister à une conférence participative sur le budget.

Le rapport déclarait ainsi: «Soit dit en passant, cette période se situait pendant le verrouillage du COVID-19, il est évident que la conférence n'a pas été suivie car le pays s'est lavé sur le verrouillage absolu. Cette somme doit donc être remboursée par le personnel concerné. Ce paiement a été effectué à 5 membres du personnel pour une moyenne de près de 28 millions de nairas par personne.

«171 millions de nairas pour former plus de 300 conducteurs, le personnel individuel a été payé en espèces pour cette formation le 3 février 2020, pour assister au cours de formation des conducteurs. Faire des paiements CAH au personnel individuel semble être une pratique courante à la NDDC. Cette coutume n'est pas seulement contraire à l'éthique, elle manque de transparence et de responsabilité. La NDDC doit mettre fin à cette pratique afin d'améliorer son devoir de gérance.

”150 millions de nairas pour parrainer les membres exécutifs de l'Union pour assister à une formation à Turin, en Italie. Ces sommes ont été versées aux membres du syndicat le 3 avril 2020 pour assister à une conférence internationale des organisations du travail à Turin, en Italie, d'ailleurs, cette période se trouve également pendant le verrouillage du COVID-19, il est évident que les bénéficiaires de ces paiements pourraient ne pas voyager hors du pays en raison de la restriction de voyage Covid-19, cette somme doit donc être remboursée par les membres de l'Union concernés. »

Rappelons que le Sénat avait, mardi 5 mai 2020, entamé une enquête sur une prétendue imprudence financière à hauteur de 40 milliards de nairas par le comité de gestion intérimaire, IMC de la Commission de développement du delta du Niger, NDDC.

Par conséquent, le président du Sénat, le sénateur Ahmad Lawan, a mis en place un comité ad hoc de six membres pour mener une enquête holistique sur toutes les questions liées, mais sans s'y limiter, à la prétendue mauvaise application et détournement de la somme de N4OBillions par la commission.

Le Comité, qui a eu quatre semaines pour faire rapport en plénière, devait également mener une enquête globale sur tous les achats et transactions financières de la commission au cours de cet exercice (2020) et sur toute autre question non conforme à la disposition de la NDDC Establishment Act, 2000 ou de toute autre loi existante.

Le Comité ad hoc qui a le sénateur Olubunmi Adetunmbi, All Progressives Congress, APC, Ekiti North comme président, a les sénateurs Jika Dauda Haliru, APC Bauchi Central; Mohammed Tanko Almakura, APC Nasarawa Sud; Abdulfatai Buhari; APC Oyo North; Chukwuka Utazi, PDP, Enugu North, Ibrahim Hadeija, APC Jigawa North East et Degi – Eremienyo Biobarakuma Wangaha, APC Bayelsa East.

Les résolutions du Sénat faisaient suite à une motion intitulée «Besoin urgent d'enquêter sur les allégations d'imprudence financière de la Commission de développement du delta du Niger (NDDC)» et parrainées par le sénateur Thompson George Sekibo, PDP Rivers East.

Vanguard News Nigeria


CLIQUEZ ICI POUR DEMANDER CONSEILS A NOS EXPERT EN COMPTABILITE

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *