Les Verts gagnent, Macron glisse dans les sondages français à faible taux de participation, gouvernement et économie


Lun.29 juin 2020 – 06:36

(PARIS) Les Verts de France semblaient prêts pour des gains majeurs dimanche lors d'élections locales marquées par un taux de participation record et l'incapacité du parti au pouvoir du président Emmanuel Macron à avoir un impact significatif.

Des projections basées sur le décompte anticipé des votes ont montré Europe Ecologie, le parti des Verts (EELV), prêt à prendre les villes clés de Lyon, Bordeaux et Strasbourg et dans un concours très serré pour Lille.

M. Macron a exprimé son inquiétude face au taux élevé d'abstention, estimé à environ 60%, et a reconnu que les élections avaient été marquées par une "vague verte", a déclaré la présidence.

La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a parlé de "déception" face à la piètre performance du parti centriste République en mouvement (LREM) que M. Macron a créé peu de temps avant son élection présidentielle réussie en 2017.

C'est la première fois qu'il participe à des élections locales nationales.

"Il y a des endroits … où nos propres divisions internes nous ont amenés à des résultats extrêmement décevants", a déclaré Mme Ndiaye à la télévision française.

La candidate du parti à Paris, Agnès Buzyn, devait venir loin troisième avec la maire socialiste sortante Anne Hidalgo sur la bonne voie pour remporter facilement un deuxième mandat à la mairie de la capitale française.

Le Rassemblement national de Marine Le Pen, quant à lui, a remporté la victoire dans la ville méridionale de Perpignan, dans ce qui serait la première prise de contrôle d'extrême droite d'une ville française de plus de 100000 habitants depuis 1995.

Le plus gros coup d'État pour les Verts serait d'évincer l'ancienne ministre Martine Aubry à la mairie de la ville nord de Lille. Mais son entourage a insisté auprès de l'AFP sur le fait qu'elle s'était accrochée lors d'un vote au couteau.

'PAS DE TRES BONNES NOUVELLES'

Quelque 16,5 millions d'électeurs ont voté dans près de 5 000 villes et villages où le premier tour de scrutin municipal, le 15 mars, n'avait pas abouti à un résultat décisif.

Cela représente environ 15 pour cent des conseils municipaux du pays où le pouvoir restait à gagner.

Mais les estimations montrent que seuls deux électeurs sur cinq se sont présentés, un taux d'abstention que Mme Le Pen a qualifié d '"étonnant" et que le dirigeant d'extrême gauche Jean-Luc Melenchon a qualifié de "grève civique".

M. Macron a déclaré que le faible taux de participation n'était "pas une très bonne nouvelle", selon l'Elysée.

Le premier tour des élections, qui a eu lieu alors que la pandémie de Covid-19 prenait de l'ampleur mortelle, a déjà produit un taux d'abstention record de 55%.

La deuxième phase, initialement prévue pour le 22 mars, a été reportée après le verrouillage de la France. La plupart des restrictions ont maintenant été assouplies.

Avec un bilan national de près de 30000 morts, la France a été durement touchée par la pandémie de Covid-19, certains électeurs étant en colère contre l'incapacité du gouvernement à fournir rapidement des matériaux de protection tels que des masques.

La nouvelle date du scrutin a été fixée après que le conseil scientifique du gouvernement a déclaré qu'il était possible de tenir un autre tour en toute sécurité, mais les électeurs ont été tenus de porter des masques faciaux et ont été invités à apporter leurs propres stylos pour réduire le risque de contamination.

De nombreux électeurs et fonctionnaires électoraux arboraient des visières en plastique anti-germes, et des écrans en plexiglas ont été érigés entre eux dans plusieurs bureaux de vote, qui ont également fourni du gel désinfectant pour les mains.

REMANIEMENT?

Selon les rumeurs, M. Macron se préparerait à un remaniement ministériel après les résultats de dimanche, et l'avenir du Premier ministre Edouard Philippe, qui a remporté sa course à la mairie dans la ville portuaire normande du Havre, semblait incertain.

Bien que la loi française autorise la détention de deux postes de direction, les observateurs s'attendent à ce que M. Macron profite de l'occasion pour licencier le Premier ministre, dont la popularité dépasse la sienne selon les sondages.

Le limogeage de M. Philippe permettrait à M. Macron "d'affirmer qu'il tient sa promesse de faire en sorte que le 'deuxième acte' de sa présidence prenne acte des échecs révélés par sa gestion de la crise du Covid-19", a déclaré Mujtaba Rahman du risque Eurasia Group Conseil.

À seulement 22 mois de la prochaine élection présidentielle, le principal challenger de M. Macron dans tout le pays est Mme Le Pen.

Les analystes affirment que la désillusion à l'égard du LREM et de M. Macron, qui, selon les critiques, est un président des riches déconnecté des gens ordinaires, a peut-être dissuadé les gens de voter dans des circonstances déjà compliquées.

La seule région de France à ne pas voter dimanche a été le territoire d'outre-mer de la Guyane en Amérique du Sud, où la pandémie a été jugée trop active pour ouvrir des bureaux de vote.

AFP


CLIQUEZ ICI POUR DEMANDER CONSEILS A NOS EXPERT EN COMPTABILITE

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *