La Turquie annonce une réforme des droits de l'homme


Le 2 mars 2021, le président turc Erdogan a annoncé une série de réformes à entreprendre au cours des deux prochaines années, visant à aligner la législation et les pratiques actuelles de la Turquie sur les droits de l'homme avec les normes internationales. Ce «Plan d'action pour les droits de l'homme» comprend neuf objectifs primordiaux et près de 400 points d'action.

Les neuf objectifs primordiaux du Plan d'action pour les droits de l'homme sont les suivants:

  1. Un système de protection des droits de l'homme plus robuste,
  2. Indépendance du pouvoir judiciaire et renforcement du droit à un procès équitable,
  3. Prévisibilité juridique et transparence,
  4. Renforcer la protection de la liberté d'expression, d'association et de religion,
  5. Renforcer le droit à la liberté et à la sécurité,
  6. Protection du droit à l'intégrité physique et morale et du droit à la vie privée,
  7. Protection effective du droit de propriété,
  8. Protection des groupes vulnérables et renforcement de la protection sociale,
  9. Sensibilisation administrative et sociale de haut niveau aux droits de l'homme.

Bien que le calendrier de mise en œuvre n'ait pas encore été annoncé, les points d'action au titre des objectifs globaux exigent que des décisions soient prises par les autorités administratives ainsi que des modifications à apporter aux lois existantes en Turquie. Cet article fournira un aperçu des points d'action les plus pertinents pour les entreprises et les particuliers qui font des affaires en Turquie.

De meilleures conditions d'investissement grâce au renforcement de l'état de droit et des droits de propriété

L’un des principaux thèmes du plan d’action pour les droits de l’homme est l’amélioration des conditions d’affaires et d’investissement des investisseurs. À cet égard, un médiateur des investissements sera créé pour régler les différends entre les autorités administratives et les investisseurs, en résolvant ces différends en temps opportun, tout en restant indépendant et impartial.

Des procédures administratives de règlement pacifique seront également introduites en tant que nouvelle forme de règlement extrajudiciaire des différends, couvrant les différends entre l'État et les personnes morales ou physiques. En outre, le plan s'engage à empêcher la violation des droits de propriété dans (je) les pratiques d'expropriation, (ii) procédures d'exécution et de jugement, (iii) les pratiques de zonage, et (iv) actions administratives.

Première mention de haut niveau des principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme en Turquie

Le plan d'action pour les droits de l'homme stipule que la Turquie préparera des principes directeurs nationaux et mènera des activités de sensibilisation conformément aux Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme («UNGP»). L'UNGP est un instrument de droit international non contraignant qui fournit un cadre juridique cohérent pour garantir que les entreprises respectent les droits de l'homme dans leurs opérations.

Dans nos articles précédents, nous avons souligné le manque d’engagement de la Turquie avec les UNGP par rapport à d’autres pays développés. À cet égard, la mention des PNUD dans un document national de haut niveau sur les droits de l’homme, annoncée par le président de la Turquie, accélérera certainement l’évolution du respect des droits de l’homme par les entreprises en Turquie. Par conséquent, il ne serait pas surprenant de voir la Turquie élaborer son premier plan d’action national conforme aux PNUD au cours des deux prochaines années.

Harmonisation de la loi turque actuelle sur la protection des données personnelles avec le RGPD de l'Union européenne

Le droit à la vie privée est un sujet juridique brûlant en Turquie depuis l'introduction de la loi sur la protection des données personnelles (loi n ° 6698) en 2016. Bien qu'il ait certainement amélioré les pratiques de protection des données de la Turquie, les experts ont noté que la loi no. 6698 n'est pas conforme au RGPD.

Dans le cadre du Plan d'action pour les droits de l'homme, loi no. 6698 sera harmonisé avec les normes de l'UE pour garantir la protection de la vie privée dans le traitement des données à caractère personnel. En outre, les amendes administratives imposées par le Conseil turc de la protection des données seront contestées devant les tribunaux administratifs, par opposition aux juges pénaux de paix et de cette manière, des recours en appel seront possibles.

Amélioration des procédures judiciaires et de la transparence

Avec l'accélération de la numérisation due à la pandémie, la Turquie a récemment introduit des procès électroniques, dans lesquels les procédures se déroulent dans un cadre virtuel, dans quelques tribunaux sélectionnés. Dans le cadre de ce plan, la procédure de procès électronique sera étendue à tous les tribunaux civils, y compris les tribunaux de commerce.

Par ailleurs, en ce qui concerne la numérisation des procédures judiciaires, le Plan d'action pour les droits de l'homme s'engage à introduire des pratiques d'intelligence artificielle dans le système judiciaire conformément aux recommandations du Conseil de l'Europe et sans préjudice des droits de l'homme.

En outre, toutes les décisions des tribunaux de première instance et d’appel seront mises à la disposition du public. Jusqu'à présent, seuls les arrêts de la Cour constitutionnelle et un certain nombre d'arrêts de la Cour de cassation étaient accessibles au public, ce qui en fait un pas important vers l'amélioration de l'état de droit grâce à la transparence et à la responsabilité judiciaire.

Amélioration de l'efficacité des requêtes individuelles devant la Cour constitutionnelle turque

Depuis les amendements constitutionnels de 2010, la Cour constitutionnelle turque a accepté des requêtes individuelles concernant des violations des droits de l'homme. Tant les personnes morales que les personnes physiques peuvent déposer des requêtes individuelles, et ce processus sert de dernier recours interne dans les affaires de droits de l'homme en Turquie avant qu'une requête puisse être déposée devant la Cour européenne des droits de l'homme.

Dans le cadre du Plan d’action pour les droits de l’homme, le Président de la Turquie s’est engagé à renforcer l’efficacité des requêtes individuelles devant la Cour constitutionnelle turque. Bien que les détails spécifiques de la réforme n'aient pas encore été annoncés, dans le cadre du plan, les avocats pourront déposer des requêtes individuelles devant la Cour constitutionnelle par voie électronique au lieu d'envoyer physiquement les candidatures, ce qui pourrait représenter des centaines de pages.

En outre, pour remédier à l'arriéré des requêtes individuelles devant la Cour constitutionnelle, une commission d'indemnisation des droits de l'homme sera créée dans le cadre du plan pour indemniser les individus pour de longs procès sans qu'il soit nécessaire de saisir la Cour constitutionnelle.

Aborder la question des jugements insuffisamment motivés

Ces dernières années, les jugements insuffisamment motivés des tribunaux turcs ont posé un problème important en ce qui concerne l'équité du jugement de la justice en Turquie. Les jugements abstraits, généraux et stéréotypés des juridictions inférieures ont abouti à des violations du droit à un procès équitable dans de nombreuses affaires devant la Cour constitutionnelle turque et la Cour européenne des droits de l'homme. Cependant, même à la suite de ces jugements normatifs des juridictions supérieures des droits de l'homme, la question des jugements insuffisamment motivés persiste en Turquie.

Pour tenter de résoudre ce problème, le nouveau plan d'action pour les droits de l'homme contient les points d'action suivants:

  1. La question de savoir si les décisions sont suffisamment motivées sera examinée, entre autres, dans la promotion des juges et des procureurs,
  2. Les juges et les procureurs suivront une formation pour fournir des décisions suffisamment motivées conformément à la jurisprudence de la Cour constitutionnelle turque et de la Cour européenne des droits de l'homme,
  3. Les chambres pénales des cours d'appel régionales auront le pouvoir d'annuler les jugements des juridictions inférieures pour restriction indue des droits de la défense et insuffisance de motivation,
  4. Dans les procédures administratives, les décisions motivées seront rédigées dans les 30 jours suivant le jugement, contre 60 jours.

Modification du système de révision des décisions pénales de jugement de paix

Sans beaucoup de détails, le Plan d'action pour les droits de l'homme stipule que les décisions relatives aux juges pénaux de paix seront examinées de manière «verticale». Cela signifie que les tribunaux supérieurs seront en mesure de réviser les décisions de juge de paix pénales, qui peuvent inclure des tribunaux pénaux de première instance et des tribunaux pénaux lourds.

Depuis sept ans, les juges de paix criminels fonctionnent dans un système en circuit fermé, ce qui signifie qu'une objection à une décision de juge de paix criminelle ne peut être examinée que par le prochain juge de paix criminel au sein du même tribunal.

Ce système en circuit fermé a fait l’objet d’importantes critiques de la part d’organisations internationales des droits de l’homme et d’experts parce que les juges pénaux de paix ont un mandat de grande envergure. Cela comprend le pouvoir de bloquer le contenu en ligne, d'approuver les demandes de perquisition et de saisie et, surtout, le pouvoir de décider ou de réexaminer la détention de suspects pendant une phase d'enquête. À cet égard, l'examen vertical des décisions des juges pénaux de paix est le changement le plus important apporté par le nouveau plan, qui a le potentiel d'améliorer l'état de droit en Turquie s'il est correctement mis en œuvre.

Quel sera l’impact du plan d’action de la Turquie sur les droits de l’homme?

Il faut savoir que le nouveau plan d’action pour les droits de l’homme n’existe pas dans le vide. Comme l’a déclaré le président de la Turquie, il est étroitement lié aux efforts renouvelés de la Turquie pour répondre aux critères de voyage sans visa des citoyens turcs vers l’UE et à son engagement à remplir les critères d’adhésion à l’UE.

Le nouveau plan d’action de la Turquie pour les droits de l’homme est, sans aucun doute, une étape progressive vers une meilleure protection des normes internationalement reconnues en matière de droits de l’homme dans la législation et la pratique turques. Cela dit, de nombreux points d'action réitèrent les dispositions constitutionnelles existantes ou ne sont pas suffisamment spécifiques pour être pleinement évalués.

Dans ce contexte, la mise en œuvre du plan sera plus cruciale que l'annonce des modifications proposées. La Turquie est un Etat membre du Conseil de l'Europe qui s'est engagé en faveur de la démocratie, de l'Etat de droit et des droits de l'homme. Mais apporter des améliorations à ces principes fondamentaux demande du temps et des efforts à long terme. En ce sens, le nouveau plan d'action pour les droits de l'homme doit être considéré comme un premier pas dans la bonne direction pour la Turquie, qui sera mis à l'épreuve au fil du temps par sa mise en œuvre.


CLIQUEZ ICI POUR AVOIR L’AVIS DE NOS EXPERTS AVOCATS

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *